ARACHNOPHOBIE – Peur des Araignées

9,00

Durée : 40 mn

Thérapeute : Lionel Maillard

l’arachnophobie se révèle être un véritable problème de vie parce qu’il est tout simplement impossible de ne jamais croiser cette petite « bestiole ». Cette séance, c’est 40 minutes de suggestions puissantes qui vont transformer votre peur irrationnelle en un simple désagrément.

Compare
Catégorie :

Description

Si une personne sur quatre a peur des araignées, pour la plupart, cette peur n’est pas toujours associée à d’intenses crises de panique. Or chez les arachnophobes, le simple fait de voir une araignée entraîne tremblements, sueurs, ou encore palpitations, pouvant conduire jusqu’à une perte de connaissance.

Comment expliquer cette peur irraisonnée des araignées ?

Nombreuses peuvent être les origines de l’arachnophobie.
Entre autres, comme pour les autres phobies, l’arachnophobie peut faire suite à un traumatisme, comme le fait d’avoir été mordu par une araignée. D’ailleurs, la morsure traumatisante peut « tout à fait être fictive ». Mais le traumatisme peut également résulter de la culture, les différents ouvrages, les médias ainsi que les autres supports de communication pouvant rapporter des images « effrayantes » des araignées.
D’autre part, on a tendance actuellement à croire que l’arachnophobie peut être transmise involontairement par un parent souffrant de ladite phobie à son enfant.
Sinon, l’arachnophobie peut également résulter du fait que la personne associe à l’araignée l’image d’une personne qu’elle craint, notamment une mère maltraitante.

Combattre l’arachnophobie :

Selon son degré et son origine, différentes approches permettent de surmonter l’arachnophobie. Parmi celles-ci, il y a notamment le fait de développer une meilleure connaissance de la « bête » même. Il y a également la thérapie cognitive et comportementale.
Dans la première approche, il s’agit de se rendre compte que l’araignée tant redoutée peut en fait être vraiment fascinante, ne serait-ce que par ses toiles parfaitement montées, synonyme d’œuvres d’art. L’observation peut également s’étendre à la comparaison avec d’autres insectes dont on n’a pas peur, afin de constater que l’araignée n’est pas si dangereuse que ça. Toutefois, pour plus de précautions, la prise de connaissance de la « bête » peut commencer par les livres, ou encore les documentaires, avant « d’attaquer le réel ». Cette approche est surtout appropriée pour les arachnophobes dont l’origine de la phobie est un traumatisme lié « directement » à l’araignée.
En ce qui concerne la thérapie comportementale et cognitive, elle est par exemple la plus appropriée pour les arachnophobes dont ce n’est pas l’araignée en elle-même que craint réellement la personne, mais un autre sujet qu’elle y associe, comme l’exemple de la mère maltraitante que nous avons vu plus haut. La thérapie commence alors par l’enlèvement de la « mauvaise représentation ».