NYCTHOPHOBIE – peur du noir

9,00

Durée : 40 mns

Thérapeute : Lionel MAILLARD

Compare
Catégorie :

Description

Tout le monde, ou tout au moins la plupart d’entre nous, prenons des précautions une fois la nuit tombée. C’est ainsi que l’on ferme les volets, que l’on verrouille la porte chez soi… pour empêcher les malfaiteurs d’entrer, ou encore que l’on évite les endroits dangereux lorsqu’il fait sombre. La peur peut être là, mais il s’agit bien de précautions. Seulement, chez certaines personnes, la peur du noir peut être irraisonnée, et c’est alors là que l’on parle de nycthophobie.
La nycthophobie, de quoi s’agit-il ?

La nycthophobie est définie comme étant la peur « anormale » du noir. Mais au-delà de l’obscurité en elle-même, c’est le fait d’être surpris dans le noir que redoute le plus la personne nycthophobe. C’est ainsi qu’elle s’imagine différents scénarios qui font que la peur de l’obscurité s’amplifie davantage. Notamment, elle craint que les créatures maléfiques ou monstrueuses existent vraiment, et qu’il risque d’en surgir dans le noir. Par ailleurs, le vide déjà angoissant que représente l’obscurité ne l’est plus, la situation devient même pire, puisque le nycthophobe se croit en compagnie de telles créatures.
Quelles peuvent être les origines de la peur de l’obscurité ?

En premier lieu, il faut savoir que tout enfant a peur du noir, notamment de la nuit, puisque celle-ci représente la séparation avec sa mère. Cette peur s’efface petit à petit grâce à la rassurance de cette dernière, de par ses actes et ses paroles. C’est ainsi que l’enfant arrive à trouver en lui-même les ressources pour surmonter sa peur du noir, convaincu que sa mère sera toujours là. Seulement, dans certains cas, une mère n’arrive pas à rassurer son enfant. Nombreuses peuvent en être les raisons mais souvent, c’est suite à une situation difficile (deuil, séparation…) qu’elle traverse et qui fait qu’elle-même n’arrive pas à se réconforter. Et c’est un tel manque qui peut être à l’origine de la nycthophobie, une fois l’enfant adulte.
Sinon, la nycthophobie peut également faire suite à un traumatisme vécu par la personne. Notons toutefois que ledit traumatisme n’est pas forcément lié à l’obscurité, une étape difficile pouvant également conduire à la phobie.

A savoir : En fonction de l’intensité de la peur, on peut surmonter soi-même la peur du noir. Il s’agit alors de l’affronter progressivement, et dans l’intensité de l’obscurité, et dans la durée de l’affrontement. L’idée, c’est de se rendre compte petit à petit que même dans le noir, il ne nous arrive rien.