AGORAPHOBIE – Peur des Espaces Publics

9,00

Durée : 40 mn

Thérapeute : Lionel Maillard

Ce psychodio est le fruit d’années d’expériences en accompagnement de personnes agoraphobes.

Les techniques de suggestions directes et indirectes employées dans ce protocole vont vous permettre de désengrammer vos peurs au plus profond de votre mémoire.

 

Compare
Catégorie :

Description

On définit l’agoraphobie comme étant « la peur de la foule ». Mais il faut savoir que l’agoraphobie concerne aussi « la peur de ce qui peut arriver dans la foule ». Zoom sur cette « peur irraisonnée ».

Qu’entend-on réellement par agoraphobie ?

En réalité, la personne agoraphobe craint surtout les « dangers » qu’elle pense qu’une foule représente. Déjà, elle pense qu’il peut lui arriver « plein de choses » dans la foule (qu’elle se blesse en étant bousculée…), mais surtout « qu’à cause de la foule », les secours auraient plus de difficultés à arriver à elle, et risque donc de ne pas arriver à temps. C’est ainsi que l’agoraphobie peut également conduire à craindre les endroits désertiques et éloignés (où il n’y a personne pour « secourir »), mais aussi les embouteillages, les transports en commun (où les secours sont également difficiles).

Agoraphobie et isolement :

Il faut savoir que l’agoraphobie peut conduire à l’isolement, à ce que la personne se coupe du monde. En effet, si l’anxiété commence par la peur de faire un long trajet en métro par exemple, si des dispositions ne sont pas prises, la phobie risque de s’intensifier et les situations créant une peur irraisonnée se multiplier. C’est ainsi que certains agoraphobes n’arrivent plus à faire un trajet de 40km, et d’autres n’osent même plus sortir de chez eux. Aussi, dès que la phobie commence à devenir un handicap, il est conseillé de se faire accompagner.

L’accompagnement d’une personne agoraphobe :

Les crises de panique liées à l’agoraphobie se manifestent comme l’ensemble des autres phobies, c’est-à-dire par du vertige, des palpitations, des grosses sueurs, des tremblements… Ces symptômes peuvent s’apparenter à certaines maladies. Des problèmes au niveau de l’oreille interne par exemple, peuvent également apporter le vertige. Aussi, il est d’abord recommander de consulter un médecin généraliste, qui établira le diagnostic.
Si l’agoraphobie est confirmée, le médecin orientera alors la personne vers un spécialiste. Et généralement, ce dernier optera pour la thérapie comportementale et cognitive. Cette méthode consiste à ce que le patient retrouve d’abord « une bonne logique », c’est-à-dire de lui faire prendre conscience que c’est la peur qui fait que pour lui une chose ou une situation est dangereuse, alors qu’elle est tout à fait « inoffensive ». Ensuite, il s’agit d’accompagner le patient à affronter progressivement sa peur.