EREUTOPHOBIE – Peur de Rougir

9,00

Durée : 40 mn

Thérapeute : Lionel Maillard

L’éreutophobie fait partie des phobies sociales les plus fréquentes, l’écoute de ce psychodio va vous permettre progressivement de vous projeter dans un avenir animé de spontanéité, joie de vivre, confiance en soi et estime de soi.

Compare
Catégorie :

Description

L’éreutophobie figure parmi les phobies qui concernent le plus de personnes. En effet, elle fait partie des phobies sociales qui, d’après le Service National de Santé britannique, touche le plus grand nombre de gens. Mais de quoi s’agit-il réellement, comment elle se manifeste telle ? et comment vaincre l’éreutophobie ?

L’éreutophobie, définition et manifestation :

L’éreutophobie se traduit par la peur excessive de rougir en public. Et plus la peur s’intensifie, plus la personne victime d’éreutophobie rougit. Elle est alors face à un cercle vicieux. C’est ainsi qu’elle cherche par tous les moyens à cacher le fait qu’elle rougit, de peur que les gens autour d’elle ne s’en aperçoive. Parfois, se sentant impuissante, elle finira par opter pour l’évitement, avec les risques que cela peut entraîner. En effet, il faut savoir que comme pour toutes les autres phobies, plus on évite les situations pouvant conduire à l’éreutophobie, plus celle-ci s’amplifiera, au risque que la personne s’isole et coupe tout contact avec autrui.
Dans tous les cas, l’éreutophobe est convaincu que le rougissement est « mal vu » par autrui. Notamment, celui-ci est synonyme de faiblesse, de manque de maturité, ou encore de trouble psychologique. La personne éreutophobe perd alors de son estime de soi, et remet en question ses capacités. Elle se retrouve ainsi face à des angoisses, ou encore même des paniques permanentes. De ce fait, elle peut ne jamais trouver la tranquillité dans ce qu’elle entreprend au quotidien, notamment aux yeux « des autres ».

Le traitement de l’éreutophobie :

Le meilleur moyen de vaincre l’éreutophobie, c’est de se faire aider par un spécialiste. Celui-ci adoptera généralement la thérapie cognitive et comportementale. Il commencera alors par expliquer au patient les phobies en général, pour lui parler ensuite de l’éreutophobie en particulier. Sinon, l’accompagnement proprement dit passe d’abord par la conscientisation de la personne éreutophobe sur les pensées négatives qu’elle a par rapport à sa peur. La personne en sera plus « objective » et sera apte par la suite à surmonter et à effacer petit à petit sa peur.

A savoir : certains hôpitaux sont dotés de services spécialisés dans la prise en charge des personnes phobiques, dont les éreutophobes.